Lobbies et assiette scolaire.!!

4 décembre 2017

Greenpeace a publié ce lundi 4 novembre un rapport intitulé « Viande et produits laitiers : l’État laisserait-il les lobbies contrôler l’assiette de nos enfants ? »

L’ONG est partie du constat selon lequel « entre deux et six fois trop de protéines sont servies dans les cantines scolaires par rapport aux recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) ». Le rapport publié montre comment les représentants des filières viande et produits laitiers influencent les recommandations officielles de l’Etat en matière d’achat pour la restauration scolaire.

Les recommandations nutritionnelles officielles sont définies au sein du Programme National Nutrition Santé (PNNS). Ces recommandations sont ensuite traduites par le Groupe d’Etude des Marchés – Restauration Collective et Nutrition (GEMRCN) qui conseille les acheteurs de la restauration collective sur la quantité de viande rouge, viande blanche, fromage, yaourts… que consomment chaque midi les enfants.

« En regardant de plus près ce fameux GEMRCN, on se rend compte que les représentants de l’Etat et les scientifiques sont absents, ceux des filières végétales et qualité, comme le bio, en minorité face aux représentants des filières viande et produits laitiers. Enfin, les nutritionnistes, la plupart bénévoles, pèsent bien peu par rapport aux lobbyistes professionnels de l’agro industrie, déclare dans un communiqué Laure Ducos, chargée de campagne agriculture chez Greenpeace France. Résultat : les enfants se retrouvent à la cantine avec des quantités de protéines animales démesurées, qui n’ont plus rien à voir avec les recommandations nutritionnelles scientifiques ».

En parallèle, les représentants des filières viande et produits laitiers interviennent directement dans les classes : kits pédagogiques dédiés à la jeunesse, distribution de goodies (comme des tatouages « Parce que je le veau bien » ou « Le bœuf, c’est la teuf » distribués par l’Interprofession du bétail et des viandes, Interbev).

Greenpeace demande à Emmanuel Macron l’encadrement des lobbies de la viande et des produits laitiers dans les instances de décisions et l’interdiction de leur intervention dans les écoles. L’organisation demande également au président d’introduire deux repas végétariens par semaine dans les cantines scolaires d’ici à 2020. Une pétition a été lancée en ce sens.

La restauration scolaire, c’est 6,8 millions d’élèves concernés, un milliard de repas proposés par an, plus de 80.000 tonnes de produits carnés et plus de 120.000 tonnes de produits laitiers distribués chaque année, pour un chiffre d’affaires de plus de 460 et 280 millions d’euros respectivement.

- Source  : Greenpeace.

Ça y est, le rapport d’étude sur la restauration collective dans le Brivadois est en ligne

Rapport de M. Thibaut Barra : « État des lieux et perspective de la restauration collective dans le Brivadois en 2017 »

En collaboration avec Dasa, le CECB vous propose des découvrir ce rapport élaboré par Monsieur Thibault Bara étudiant en 3ème année de Sciences Politiques Lyon..

Bonne lecture.

Rapport de Stage Eté 2017 – par M Thibaut BARA

Le CECB vous propose le 31 Mars 2017, le dernier film de Marie-Monique Robin, « Qu’est ce qu’on attend ? », l’exemple d’un village en transition.

On n’attend plus ! : un documentaire incroyable sur une commune Française en  transition !

A l’initiative du CECB et en collaboration avec la Mairie et les associations :  Absolu amap de Brioude, et pourquoi pas?, et DASA, le dernier documentaire de Marie-Monique Robin (2016),  « Qu’est-ce qu’on attend? »  sera diffusé  le vendredi 31 mars 2017 à 20h30, au ciné « Le Paris » à Brioude,

Télécharger l’affiche:

Affiche-webUngersheim, petite ville d’Alsace de 2 200 habitants, s’est lancée dans la démarche de transition vers l’après-pétrole en décidant de réduire son empreinte écologique. Pour la mettre en œuvre, la municipalité a lancé en 2009 un programme de démocratie participative, baptisé « 21 actions pour le XXIe siècle». Ce programme englobe tous les aspects de la vie quotidienne : alimentation, énergie, transports, travail, argent, habitat et école. Il vise à développer l’autonomie alimentaire et énergétique du village et à promouvoir le développement des énergies renouvelables. 

Travaux Ecole la borie d’Arles, Le CECB propose son aide pour la rédaction du cahier des charges

Après l’étude du contenu de l’appel d’offre pour les travaux de rénovation et d’agrandissement de l’école de la Borie Darles, le CECB s’inquiète de l’absence de mention concernant l’utilisation de matériaux sains pour la santé des jeunes enfants (absence de COV) ainsi que la manque de connaissance de l’existence des matériaux bio-sourcés . Le CECB propose un partenariat avec la Mairie , afin de réorienter le contenu de l’appel d’offre vers une prise en compte des ses éléments .

Ci dessous , le courrier et son annexe technique adressés au Maire et à ses adjoints , le vendredi 6 janvier 2017

CECB-Travaux-BA

CECB-Travaux-Annextechnique

 

Face aux sénateurs, les députés persistent et signent!

capture

 

 

 

 

20% de bio en restauration collective : Une nouvelle étape franchie grâce à vous !

Une course d’obstacles doublée d’une course d’endurance… voilà à quoi ressemble l’adoption de la loi fixant un seuil de 20% d’alimentation biologique en restauration collective.

Grâce à l’engagement et la ténacité de plus de 200 000 citoyens signant les pétitions d’Agir pour l’Environnement, la mobilisation citoyenne est en passe d’être victorieuse. Les députés viennent, une nouvelle fois, de réintroduire ce seuil de 20% que les sénateurs s’acharnent à rejeter à chaque passage de cet objectif au Sénat.

capture2

 

 

 

pour soutenir la pétition : http://cantinebio.agirpourlenvironnement.org/

 

Le CECB interpelle les Sénateurs de la Hauteloire pour leur rejet de proposition de la Loi : 20% de bio dans les cantines.

A L’aide  de l’association :  Agir pour l’environnement : http://reponses.agirpourlenvironnement.org/cantinebio-senateurs

le CECB vient d’ interpeller les deux Sénateurs de la Haute loire, Messieurs CIGOLOTTI Olivier et ROCHE Gérard pour leur refus de soutenir la loi  » Ancrage de l’alimentation territoriale  » , qui  demande l’introduction de 20% de Bio dans les cantines collectives d’ici 2020.

ci dessous, le contenu de l’amendement rejeté par les deux sénateurs :
http://www.senat.fr/amendements/2015-2016/427/Amdt_11.html

ci dessous , la lettre envoyé à Messieurs Cigolotti et Roche : Nous attendons leurs réponses à notre demande d’entretien.

lettre_cecb_senateurhtle_20bio_cantines_24oct2016

Nouvelle plaquette  » comment introduire du biolocal dans les cantines »

PLAQUETTE FNAB

Répartition des différentes charges sur le cout global d’un repas collectif. Le cout matière intervient  » seulement » pour 26% du coût global. De nombreux leviers sont dont utilisables  pour l’introduction des aliments bio locaux sans plomber le budget.

Decomposition-cout-repas

 

 

 

 

 

La nouvelle plaquettes de la FNAB,   » introduction des produits Bio Locaux en restauration collective  » est disponible ci dessous

:plaquette_intro_produits_bio_maitrise_budget_v2_web_0

 

 

Formation en Agro-écologie à Blassac (43)

L’association  » et pourquoi pas ?   » de Blassac (43), vous présente son programme de formation 2016 en Agroécologie.

Ouverte à Toutes et Tous et adaptées à vos connaissances et   disponibilités, elles sont proposées sous la forme de 3 modules. Les Bases / prévention et luttes / faire ses semences.

formation2016-etpourquoipas

 

 

 

 

 

 

pour Télécharger le programme    :

etpourquoipas_Formation 16A-1

Soirée des alternatives aux pesticides : une belle réussite!

Le documentaire  » le veau la vache et le territoire « , a fait pratiquement salle comble ce Mercredi 23 Mars au cinéma le Paris.

affiche filmA méditer : Deux  familles conduisent une ferme laitière de 55 vaches en Biodynamie. Après valorisation de leur lait bio  grâce à leur fromagerie et à l’élevage de leurs cochons (nourris au petit lait et à la farine autoproduite ), ils arrivent tous  à vivre décemment de leur travail (2000€ de revenus par famille) tout en créant 3 ETP ( équivalent temps plein), en préservant leur santé, celles de leurs  animaux et celles des consommateurs : la planète vous remercie ! .

 

Pour plus d’information, ci dessous, un lien vers l’ article  de la Montagne  du 25/3/16:

Article : La MONTAGNE : Le veau, la vache et le territoire

Pour aller plus loin sur la  biodynamie :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_biodynamique

http://www.bio-dynamie.org/biodynamie/